Deux personnes lisant du braille ensemble sur un mur à Paris.

Notre mission

Depuis sa création, La Fondation contribue financièrement à différents projets qui soutiennent et font la promotion de l’éducation et de l’inclusion des personnes vivant avec une déficience visuelle.

Incorporée en 1980, la Fondation Cypihot-Ouellette intervient exclusivement auprès des personnes vivant avec une déficience visuelle reconnue aux fins d’admissibilité aux aides visuelles du Régime d’assurance maladie du Québec (RAMQ), qui sont citoyennes canadiennes ou résidentes permanentes et résident au Québec.

En 2018 la Fondation Cypihot-Ouellette reçoit les actifs de la Fondation Hector-Cypihot suite à sa dissolution.

Nos valeurs

Éducation

La Fondation croit qu’en vivant avec une déficience visuelle l’instruction, la qualification et la diplomation s’avèrent les voies les plus propices à la réussite des citoyens de demain.

Autonomie

La Fondation croit fermement que les personnes vivant avec une déficience visuelle ont toutes les aptitudes pour développer leur plein potentiel en utilisant des moyens qui leur sont propres.

Inclusion

La Fondation croit que la participation à différentes activités sociales constitue un facteur essentiel à la réelle inclusion des personnes vivant avec une déficience visuelle.

Nos axes d’intervention

Éducation

La Fondation vise à promouvoir, encourager et soutenir l’éducation en valorisant la poursuite des études et le développement intégral des personnes ayant une déficience visuelle.

Recherche et développement

La Fondation vise à promouvoir, encourager et soutenir la recherche et le développement en lien avec la déficience visuelle.

Vie en société

La Fondation vise à promouvoir, encourager et soutenir la participation sociale des personnes ayant une déficience visuelle pour favoriser le développement de soi et l’inclusion dans la société.

Bref historique

Le nom de la Fondation Cypihot-Ouellette origine de personnes qui, à leur façon, ont eu une influence marquée dans le domaine de la déficience visuelle au Québec. D’une part, la famille Cypihot dont Hector et ses enfants Jeanne et Jean, tous mécènes, qui ont soutenu financièrement une multitude de projets dédiés à la déficience visuelle, notamment la création de l’institut Louis-Braille. D’autre part, le père Jacques-Ouellette, clerc de St-Viateur, pédagogue qui s’est illustré par le matériel didactique bien adapté à l’enseignement des personnes vivant avec une telle déficience.

En 1979, monsieur Paul-Henri Buteau, alors directeur de l’école Nazareth-et-Louis-Braille (aujourd’hui école Jacques-Ouellette), avait reçu du père Jacques Ouellette, quelques dollars provenant de la dissolution d’une coopérative étudiante qu’il avait fondée du temps de l’Institut Louis-Braille. Ce dernier avait exprimé le vœu que cet argent soit utilisé pour les étudiants vivant avec une déficience visuelle. Or, pour éviter que ce modeste trésor n’aille enrichir le fonds général de la Commission scolaire Régionale de Chambly de qui relevait l’école, M. Buteau a laissé reposer ce pécule dans un compte en fidéicommis. En septembre 1979, un triste événement secoue l’école: le père Jacques-Ouellette décède juste avant que soit célébré son 50ième anniversaire de prêtrise.

C’est durant l’année 1980 que le projet a pris forme. M. Buteau s’est enjoint ses deux anciens directeurs-adjoints, messieurs Maurice Collette et Jean Jacques pour lancer les procédures de création d’une fondation. Grâce à l’appui d’enseignants et de parents, la Fondation Cypihot-Ouellette reçoit ses lettres patentes en décembre 1980. Elle avait désormais pignon sur rue et débutait ses activités.

C’est alors que madame Jeanne Cypihot, première bachelière aveugle au Québec et surtout mécène, s’est engagée auprès de la fondation en tant que membre du conseil d’administration. Elle y a apporté son soutien financier et son expertise. A la mort de celle-ci, en 1982, son frère, Jean Cypihot a pris le relais jusqu’à son décès en 2015. Entretemps, celui-ci avait mis en place la Fondation Hector-Cypihot qui, selon sa volonté, ne devait exister que pour une période limitée et travailler en partenariat avec la Fondation Cypihot-Ouellette. En 2017, l’assemblée générale de la Fondation Hector-Cypihot entérinait sa dissolution avec l’avis que ses actifs soient transférés à la Fondation Cypihot-Ouellette.

Durant l’année 2018, sans jamais arrêter leurs activités philanthropiques, les administrateurs du conseil d’administration ont concentré leurs énergies à doter la Fondation Cypihot-Ouellette de moyens appropriés pour offrir mieux et davantage aux personnes qui vivent avec une déficience visuelle.

Contributions et participations

Au début, la Fondation Cypihot-Ouellette attribuait principalement des bourses à des étudiants vivant avec une déficience visuelle qui s’impliquaient sérieusement dans leur cheminement scolaire. Puis, elle a tôt fait de supporter financièrement des organismes et des individus qui se sont efforcés à développer des projets qui ont profité à l’ensemble de la communauté de la déficience visuelle. Elle a aussi souvent accompagné différents organismes dans leur mission par le biais de dons et de commandites.

ÉDUCATION

C’est surtout dans le domaine particulier de l’éducation que la Fondation a d’abord mis l’accent. Dès le début, elle a versé des dons et des bourses à des étudiants de différents niveaux scolaires. Déjà 1983, trois étudiants vivant avec une déficience visuelle en ont été les récipiendaires. En 1997, la Fondation a créé le « Prix Jeanne-Cypihot » pour souligner le mérite et l’implication sociale de ceux qui investissent énergie et persévérance dans leur cheminement scolaire. Ainsi, près de 60 étudiants ont bénéficié de bourses variant de 500$ à 1 000$ et totalisant quelques 40 000$.
Désormais, la Fondation maintiendra cette priorité d’intervention en éducation en offrant annuellement trois types différents de bourse liés aux études. Par le fait même, elle augmente sa contribution financière globale à la promotion des études.

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

La recherche et le développement ont toujours été au coeur des préoccupations de la Fondation qui les considère comme sources de progrès et de grande amélioration de la qualité de vie des individus. Elle s’est donc toujours efforcée d’encourager et de soutenir financièrement des organismes et des individus qui ont mis l’épaule à la roue pour participer à l’avancement de la communauté de ceux qui vivent avec une déficience visuelle. Au début, elle appuyait principalement des projets axés sur le développement technologique qui était alors en effervescence notamment le développement de logiciels liés au braille. Puis elle a élargi son éventail de participation à des projets davantage axés vers l’inclusion sociale et l’éducation populaire tels les projets « Chambre insonorisée à la Magnétothèque » et « Espace à toucher ». Pour ce faire, elle a apporté sa contribution financière, parfois seule, parfois en partenariat avec d’autres organismes afin que des projets d’envergure puissent se réaliser. Au bilan de ses quasi 40 ans d’existence, la Fondation a collaboré pour plus de 80 000$ dans 35 projets liés à la déficience visuelle.
La Fondation continuera à soutenir des projets porteurs pour l’amélioration du sort des personnes vivant avec une déficience visuelle et ce, quelque soit l’envergure du projet et son domaine d’application.

VIE EN SOCIÉTÉ

Différents organismes ont déjà reçu l’appui financier de la Fondation lors de la tenue d’événements particuliers (colloques, congrès, etc) même si ce n’était pas un créneau auquel elle adhérait au départ. Par son apport financier, elle a aussi fait en sorte que des personnes intéressées ont pu participer à des échanges sociaux et culturels notamment à l’étranger. En 2005, bien humblement, la Fondation a commencé à encourager des jeunes à fréquenter des camps de vacances axés sur la musique, particulièrement le « Camp musical de Lanaudière » avec qui elle avait établi une collaboration spéciale. Depuis, elle ne privilégie plus uniquement les camps musicaux mais l’ensemble des camps qui favorisent l’intégration sociale dans différents domaines culturels et éducatifs. Ainsi, plus de 35 jeunes se sont inscrits à des camps de vacances avec l’appui de la Fondation et plus de 20 000$ ont été déboursés à ce chapitre.
Tout en faisant de la fréquentation de camps de vacances une offre récurrente annuelle, la Fondation espère supporter toute participation à des activités qui favorisent l’inclusion sociale des personnes qui vivent avec une déficience visuelle.

Notre conseil d'administration

Jean Jacques

Président

Chantal Nicole

Secrétaire

Maurice Collette

Trésorier

Brigitte Harnois

Administratrice

Tous droits réservés © Fondation Cypihot-Ouellette | Conception : Ekloweb